SRI LANKA

Introduction
Le Sri Lanka dispose de trois systèmes de castes parallèles pour chacun des principaux groupes de population du pays : la majorité cinghalaise ; les Tamouls sri-lankais au Nord et à l’Est ; et les Tamouls indiens que l’on rencontre principalement dans les plantations de thé et en bas de la hiérarchie sociale urbaine. La plupart des personnes savent à quelle caste elles appartiennent. Toutefois, cette question est rarement soulevée publiquement.
Bien que la discrimination de castes au Sri Lanka soit relativement légère par rapport à d’autres pays d’Asie du Sud, elle est toujours ancrée dans la société. Certaines castes défavorisées se voient refuser l’accès aux sites religieux et certains travaux insalubres comme le nettoyage des latrines et le ramassage des ordures sont transmis de génération en génération.
Le nombre de personnes victimes de la discrimination de castes au Sri Lanka est estimé à 4-5 millions, soit 20-30 pour cent de la population totale. Au Sri Lanka, il n’existe pas d’identité commune comme les « dalits » parmi les castes « inférieures » et les personnes au bas de l’échelle sociale ont éprouvé des difficultés à s’organiser – contrairement aux dalits en Inde et au Népal.
Principales problématiques
Le servage est courant dans les plantations de thé au Sri Lanka. Les dalits représentent 83 pour cent du total des 3,6 millions de travailleurs dans les plantations. La plupart d’entre eux sont des Tamouls originaires du Sud de l’Inde. La hiérarchie actuelle de castes de la communauté tamoule des plantations est plus ou moins une continuation du système de castes du Sud de l’Inde.

Pour aller plus loin, voir Les dalits au Sri Lanka

Share/Bookmark