Dr. B.R. Ambedkar – sa vie

Dr AmbedkarBhim Ram Ambedkar était une figure centrale dans la lutte pour l’indépendance indienne, l’architecte de la constitution de la nouvelle nation et le champion incontesté des droits civils de la classe «intouchable» à laquelle il appartenait. Il parlait et écrivait sans cesse au nom des «intouchables», mais sa passion pour la justice était plus vaste. En 1950, il démissionna de son poste de ministre de la justice quand le gouvernement dirigé par Nehru refusa d’adopter le projet de loi sur les droits des femmes. La conversion d’Ambedkar au bouddhisme, à la fin de sa vie, a contribué à susciter un renouveau du bouddhisme en Inde. Ses actions et ses écrits ont joué un rôle essentiel pour renforcer la dignité, le respect de soi, la conscience sociale et l’identité politique des dalits, et pour les motiver à se battre pour leurs droits fondamentaux. Très vénéré comme une figure paternelle pour les dalits – qui l’appellent respectueusement “Babasaheb” –, la vie et le travail d’Ambedkar sont une source constante d’inspiration pour le mouvement dalit et fournissent le meilleur exemple du courage et de l’esprit d’initiative nécessaires aux dalits pour atteindre la justice sociale et pour mettre fin au système de caste.

ENFANCE ET ÉDUCATION

Bhim Ram Ambedkar est né dans la caste “intouchable” des Mahars, le 14 avril 1891, à Mhow au Madhya Pradesh. Comme enfant, à l’école, il était assis à même le sol dans un coin de la salle de classe, tenu à part des autres élèves, et ses professeurs refusèrent de le toucher ou de toucher ses cahiers en raison de sa prétendue “impureté”. Malgré ces humiliations et discriminations de caste quotidiennes, Ambedkar a excellé dans ses études. Il a passé ses examens de fin d’études secondaires à Bombay en 1907 et est devenu l’un des premiers «intouchables» à aller au « College » en Inde, à l’Université de Bombay et à l’Elfinstone College. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1912, Ambedkar a reçu une bourse de la part du Maharaja de Baroda pour étudier aux États-Unis, en échange de 10 années de service futur à l’État. À l’Université de Columbia à New York, il a connu pour la première fois l’égalité sociale (l’absence de discrimination de caste). Là, il a étudié sous John Dewey, qui a inspiré nombre de ses idées sur les droits humains et la justice sociale. Ambedkar a obtenu sa maîtrise en sciences politiques de Columbia en 1915, puis se rend en Angleterre pour étudier à la London School of Economics (LSE) et à Gray Inn (Faculté de Droit). En 1917, après seulement un an au Royaume-Uni, sa bourse a été résiliée et il a été rappelé en Inde. De retour au travail comme secrétaire militaire pour l’état de Baroda, Ambedkar a été bouleversé par la réapparition soudaine des discriminations dans sa vie. Au début de l’année 1920, il a commencé à publier les nouvelles hebdomadaires Mooknayak (leader des sans-voix) dans lequel il critiquait les politiciens hindous orthodoxes et la réticence apparente de la communauté politique indienne à lutter contre la discrimination de caste. Plus tard dans la même année, après avoir accumulé les fonds nécessaires, il est retourné à Londres où il a obtenu son doctorat à la London School of Economics et a obtenu son diplôme d’avocat à Gray Inn.

TRAVAIL PROFESSIONNEL ET LUTTE CONTRE  « L’INTOUCHABILITE »

Après avoir terminé ses études à l’étranger, Ambedkar revint à Bombay en tant qu’avocat, a ouvert un cabinet juridique avec succès et, en 1924, a fondé la Bahishkrit Hitkarini Sabha (Association pour les classes déprimées) afin de promouvoir l’éducation parmi les populations opprimées socialement et politiquement, d’améliorer leur situation économique et de donner une voix à leurs doléances. Entre 1927 et 1932, Ambedkar a mené une série de campagnes non-violentes pour affirmer le droit des « intouchables » à puiser de l’eau dans les réservoirs publics et les puits et à pénétrer dans les lieux de culte hindous. Particulièrement important fut le satyagraha (la désobéissance civile non-violente) qu’il a dirigé à Mahad, où des dizaines de milliers d’ « intouchables » ont manifesté avec succès pour leur droit à utiliser l’eau du réservoir public Chowdar, qui avait été traditionnellement interdit aux dalits (alors que les animaux étaient autorisés à s’y abreuver!).

Lors d’une conférence à la fin de 1927, Ambedkar condamna publiquement un texte hindou classique, le Manusmṛti (Lois de Manu), car ce dernier justifiait idéologiquement le système de discrimination de caste et « l’intouchabilité », et il brûla solennellement des exemplaires du texte antique. De plus en plus impopulaire auprès des castes dominantes hindoues, Ambedkar l’est devenu encore plus en raison de son insistance pour créer des électorats séparés pour les classes défavorisées. Lorsque les Britanniques ont cédé à cette demande, Gandhi, qui était convaincu que cela diviserait la société pour les générations futures et empêcherait l’unité politique et sociale des Hindous, a entamé une grève de la faim jusqu’à la mort pour protester contre la décision. Pressé de tous côtés, Ambedkar rejoint en 1932 Gandhi en signant le pacte de Pune, dans lequel la demande d’élections séparées a été abandonnée et remplacée par des concessions spéciales comme des sièges réservés pour  les « intouchables » dans les assemblées législatives.

VUES SUR LA RELIGION ET RÔLE DANS LA CONSTITUTION

Au fil du temps, Ambedkar est devenu de plus en plus critique face à l’hindouisme orthodoxe, qu’il voyait comme inextricablement lié à la discrimination de caste. A la Conférence de conversion d’Yeola en 1935, il prononça cette déclaration célèbre «Je suis né hindou, mais je ne vais pas mourir hindou » et il exhorta ses partisans à quitter l’Hindouisme et à rejoindre une autre religion. Ambedkar était aussi farouchement critique face à certains aspects et pratiques de l’Islam, en particulier le mariage des enfants, la maltraitance des femmes et les interprétations littérales strictes de la doctrine islamique qui ont empêché la réforme sociale positive au sein de la société musulmane.

En 1936, Ambedkar a fondé le Parti travailliste indépendant et, en 1942, la « Fédération des castes répertoriées » pour affirmer politiquement l’indépendance des dalits. Entre 1941 et 1945, Ambedkar a publié un grand nombre de livres et de brochures controversées où il critiquait la civilisation hindoue, Gandhi et le parti du Congrès, ainsi que la demande de la Ligue musulmane pour un Etat séparé du Pakistan.

En 1947, l’Inde a obtenu son indépendance et le Premier ministre Nehru a nommé Ambedkar Ministre de la justice. En dépit de son impopularité et des critiques, Ambedkar a également été nommé président du Comité de rédaction de la Constitution de l’Inde et a joué un rôle central dans son élaboration. En février 1948, il a présenté le projet de Constitution qui a été adopté en novembre 1949, avec l’ensemble de ses 356 articles, notamment l’article 11 qui abolit explicitement l’ « intouchabilité » sous toutes ses formes.

Après avoir démissionné du gouvernement en 1951, Ambedkar a tourné de plus en plus son attention vers le bouddhisme. Il a commencé à écrire un livre, le Bouddha et son Dhamma, qui fut publié un an après sa mort et est  souvent considéré aujourd’hui comme sa pièce maîtresse, articulant sa compréhension du message du Bouddha et sa pertinence contemporaine. Le 14 octobre 1956, lors d’une cérémonie publique officielle (au cours de laquelle il rejeta et condamna explicitement l’Hindouisme), Ambedkar se convertit au Bouddhisme avec plus de 300 000 adeptes. Cette action a renforcé le renouveau bouddhiste en cours en Inde, et un certain nombre de conversions massives de dalits au bouddhisme ont eu lieu depuis lors.

Bhim Raj Ambedkar est mort le 6 décembre 1956. En 1990, il a été honoré à titre posthume avec la plus haute distinction nationale de l’Inde, le « Bharat Ratna », et son portrait a été décoré dans le hall central du Parlement. Sa date de naissance est maintenant un jour férié en Inde connu sous le nom d’Ambedkar Jayanti.

SES ECRITS

Pour ceux qui désirent approfondir les écrits d’Ambedkar, voici un lien qui facilitera la recherche de ses publications (en anglais) : http://www.dr-ambedkar.com/writings-link.htm

Share/Bookmark