Genève – « Jeunes et inclusion », thèmes abordés par des jeunes militants dalits au Forum des Nations Unies sur les minorités

Feb 01 2018

Genève – « Jeunes et inclusion », thèmes abordés par des jeunes militants dalits au Forum des Nations Unies sur les minorités


Photo IDSN

Photo IDSN

Plusieurs jeunes militants dalits ont joué un rôle actif lors du Forum sur les questions relatives aux minorités qui s’est tenu à Genève du 30 novembre au 1er décembre dernier. Des femmes dalits du Népal et de l’Inde, faisant partie d’une délégation de l’IDSN, ont fait des interventions fortes sur le thème de la jeunesse minoritaire et ont plaidé pour des sociétés diversifiées et inclusives. Elles ont expliqué aux participants à quel point la discrimination fondée sur les castes, profondément ancrée dans les mentalités, continue de poser de sérieux obstacles à une participation égale dans la plupart des aspects de la vie et comment les médias sociaux offrent à la fois de nouvelles possibilités de changement et de nouveaux défis.

Anju, représentant le All India Dalit Women Rights Movement, a pris la parole devant le panel du Forum des Nations Unies sur les avantages et les défis de l’utilisation des médias numériques pour autonomiser et protéger les dalits. Elle a expliqué comment les militantes dalits utilisaient les médias sociaux pour mobiliser et exiger la justice, notamment à travers des campagnes telles que #dalitwomenfight et le Dalit History Month.

Anju a également expliqué comment les outils informatiques donnaient une plus grande visibilité aux dalits alors que les récits médiatiques traditionnels continuent d’être contrôlés par des groupes de castes dominantes dans la société et ne représentent pas adéquatement les voix des dalits. Elle a également abordé les nombreux défis liés au harcèlement et à la sécurité personnelle des femmes engagées dans les médias sociaux, ainsi que le manque d’accès à Internet et les outils nécessaires pour de nombreux dalits.

« Malgré tous ces défis, nous devons utiliser les médias sociaux pour que le monde entier puisse savoir et voir ce qui se passe avec les communautés dalits ; c’est pourquoi nous décidons de ne pas céder mais de prendre des mesures pour surmonter ces défis. Nous devons utiliser ces médias sociaux pour atteindre le monde », a affirmé Anju.

Ankita, s’exprimant au nom de l’Organisation Féministe Dalit (FEDO) au Népal, a présenté des expériences d’éducation inclusive et de participation des jeunes issus des minorités à la vie publique. Les déclarations d’Ankita ont mis en avant la discrimination structurelle fondée sur la caste et la stigmatisation socialement enracinée comme étant les principaux obstacles empêchant les dalits de recevoir une éducation équivalente à celle des non-dalits et de jouir d’une participation égale à la vie publique.

« Les dalits doivent être protégés par une pleine mise en œuvre de la législation anti-intouchabilité. Cela ne changera pas les mentalités du jour au lendemain, mais au fil du temps, le comportement changera », a déclaré Ankita.

Elle a également souligné que les femmes dalits étaient encore plus exposées au risque d’exclusion, de discrimination et d’abus car elles étaient confrontées à une discrimination multiple en raison de leur sexe et de leur caste.

Chet Narayan, président de la Dalit Youth Alliance au Népal, a également présenté un exposé sur l’état général de la discrimination fondée sur la caste au Népal.

A la fin du Forum, le rapporteur spécial des Nations Unies sur les questions minoritaires, Fernand de Varennes, a déclaré : « J’ai été particulièrement touché quand j’ai entendu parler de la situation de certaines minorités les plus vulnérables et les plus marginalisées du monde ».

« En particulier lorsque vous avez partagé vos expériences de marginalisation double ou triple des jeunes femmes Dalits, Rohingyas ou Roms, confrontées à l’exclusion, la discrimination et même la violence dans leur vie à un degré tel que la plupart d’entre nous aurions du mal à comprendre. »

Source : IDSN

Share/Bookmark