Inde –  Ram Nath Kovind, un politician dalit, élu president de la république

Aug 03 2017

Inde –  Ram Nath Kovind, un politician dalit, élu president de la république


Ram Nath Kovind, politicien dalit et candidat de la coalition hindouiste nationaliste au pouvoir, a facilement remporté l’élection présidentielle de l’Inde en juillet dernier, renforçant le pouvoir du gouvernement sur les positions de pouvoir.

La constitution de l’Inde fournit un rôle largement cérémonieux au président, le premier ministre et son cabinet ayant le pouvoir exécutif.

Mais le président a un rôle clé pendant les crises politiques, par exemple lorsque les élections générales ne sont pas concluantes, en décidant quel parti est le mieux placé pour former un gouvernement.

Kovind, 71 ans, de la communauté des dalits – la caste la plus basse dans la hiérarchie de castes de l’Inde – a battu la candidate Meira Kumar du Parti du Congrès, également dalit, à une majorité écrasante.

Son élection a été considérée comme une certitude en raison de la force du parti du Premier ministre Narendra Modi au parlement fédéral et dans les assemblées d’état dont les membres participent à l’élection présidentielle.

L’ascension de Kovind à la plus haute fonction publique est la première pour un leader élevé dans le puissant mouvement hindou Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS) ou Association nationale des volontaires, mentor idéologique des groupes hindous.

Modi lui-même a été associé au début de sa carrière avec le RSS, qui a longtemps propagé une vision de l’Inde qui place les Hindous, majoritaires au pays, en premier.

Après sa victoire, Kovind a déclaré qu’il s’agissait d’un « moment émotionnel » pour lui et qu’il serait de son devoir de faire respecter l’état de droit. La constitution de l’Inde garantit l’égalité des droits à tous les citoyens, indépendamment de la foi.

Mme Meira Kumar, candidate du Parti du Congrès, a déclaré que sa propre candidature visait à contrer l’idéologie que Kovind représentait et elle avait demandé aux législateurs de voter selon leur conscience.

« Ma lutte pour la laïcité, les opprimés et les marginalisés se poursuit », a-t-telle fait savoir. Les critiques du parti Bharatiya Janata, de Modi, l’accusent en effet depuis longtemps d’une partialité profonde contre les musulmans du pays.

La victoire de Kovind fait partie d’une série de nominations importantes du gouvernement Modi, renforçant l’emprise de la droite hindoue sur la politique indienne, en particulier les gouverneurs des Etats, les ministres en chef et les responsables d’universités.

Les dalits représentent environ 200 millions de personnes sur une population indienne de 1,3 milliard et sont courtisés par le parti de Modi alors qu’il se prépare aux élections générales de 2019.

D’après christianpost.com, Inde

Share/Bookmark