Inde: l’Eglise catholique admet que les dalits chrétiens sont discriminés en son sein

Dec 15 2016

Inde: l’Eglise catholique admet que les dalits chrétiens sont discriminés en son sein


Pour la première fois de son histoire, l’Église catholique indienne a officiellement reconnu que les dalits chrétiens sont confrontés à l’intouchabilité et à la discrimination et que « leur participation au niveau du leadership (…) aux niveaux supérieurs est presque nulle ».

Dans un document de politique préparé et publié lundi, la Conférence épiscopale catholique de l’Inde (CBCI) admet la situation et cherche à abolir toutes formes d’exclusion de cette partie socialement arriérée et à renforcer leur statut au sein de l’Eglise et de la communauté.

Le document de 44 pages, intitulé « Politique de renforcement des dalits dans l’Église catholique en Inde », demande aux 171 diocèses de soumettre dans un an des plans à court et à long terme pour mettre fin à toutes les formes de discrimination contre les dalits chrétiens.

« S’il existe des pratiques différenciées basées sur la discrimination de castes, ces pratiques devraient être abolies immédiatement. Sinon, des mesures strictes devraient être prises par l’autorité ecclésiale concernée », indique le document.

Le cardinal Baselios Cleemis Catholicos, président de la CBCI, a déclaré au journal The Indian Express: « C’est une étape révolutionnaire. Nous admettons qu’il s’agit d’un grave péché social et d’un problème. C’est un péché, dans le sens de l’esprit chrétien. Le document constitue donc une étape pour mettre fin à la pratique de la discrimination au sein de l’Eglise. Il s’agit à la fois d’un message et d’une introspection. »

En fait, l’Église lutte depuis des années pour l’inclusion des chrétiens dalits dans la liste des castes répertoriées (dalits reconnus par le gouvernement, N.d.T.).

Mais son dernier document politique admet que, bien que 12 millions sur 19 millions de membres de l’Église catholique en Inde soient des chrétiens dalits, « leur participation au niveau du leadership – dans l’administration diocésaine ainsi que dans les ordres religieux – est minime et aux niveaux supérieurs, elle est presque nulle ».

À l’heure actuelle, seulement 12 des plus de 500 évêques de l’Église catholique en Inde sont des chrétiens dalits.

« Il est dorénavant admis que la pratique de l’intouchabilité et de la discrimination envers les dalits existe au sein de l’Église et il est urgent d’aborder ces questions », dit le document.

Il ajoute cependant qu’il y a eu des changements positifs et « une plus grande acceptation des droits et de la dignité des dalits au moins au niveau idéologique et théorique » en raison des efforts de l’Église et des groupes de dalits.

Bien que différents niveaux de la structure de l’Église aient été sensibilisés, la jeune génération développant un sens beaucoup plus élevé de dignité et d’estime de soi, il existe néanmoins de nouvelles formes de discrimination.

« Puisqu’il n’y a pas de représentation adéquate dans les séminaires, dans les nominations aux postes clés ni dans le partage des ressources communes dans les ordres religieux et dans l’Église en général, des efforts sont nécessaires pour remédier à la situation, car de bons prêtres sont importants (…) pour la mission de Église », indique le document.

Il affirme que les dalits sont privés d’accès à des cours orientés vers l’emploi ou répondant à une demande.

« Même avec des références reconnues, le fait d’être un dalit confère un statut inférieur. Cette mentalité est contraire à la foi fondamentale du christianisme, que veut que chaque personne humaine est créée à l’image de Dieu. Alors que le terme d’hindou de caste peut être justifié, le terme chrétien de caste est simplement contradictoire en soi, le moins qu’on puisse dire », stipule le texte.

L’Église a également admis que, au lieu de susciter des dirigeants dalits à partir de la base, une « approche de caste est adoptée traditionnellement qui divise les fidèles par groupes d’intérêts acquis ».

Le document affirme également que les chrétiens dalits sont «pris en sandwich entre l’État et l’Église».

Critiquant le jugement de la Cour suprême qui stipule qu’il n’existe aucune preuve qu’après conversion, les dalits chrétiens demeurent socialement et économiquement arriérés comme c’est admis pour les dalits hindous, le document de politique estime que cette position est contraire à l’article 15 (1) de la Constitution interdisant la discrimination fondée sur la religion.

Dans le document, la CBCI demande à tous les diocèses d’abolir « toute pratique d’intouchabilité, de discrimination et d’exclusion, notamment dans les lieux de culte et les cimetières ».

Elle exige également une attention particulière à tous les niveaux pour la promotion des chrétiens dalits au sein de la structure locale, assurant une représentation proportionnelle dans les organes ecclésiastiques et les conseils paroissiaux et la participation des femmes dans ces organes de décision.

Source : Indian Express

Traduction : Solidarité Dalits Belgique

Share/Bookmark