Inde – Grèves et manifestations après les violences  envers les dalits à Una (Gujarat)

Aug 09 2016

Inde – Grèves et manifestations après les violences  envers les dalits à Una (Gujarat)


Photo extraite de vidéo

Photo extraite de vidéo

Le 11 juillet dernier, près de la petite ville d’Una au Gujarat, quatre jeunes dalits se sont fait attaquer brutalement et rouer de coups pendant une heure et demie avec des bâtons et des barres métalliques, quand ils étaient occupés à dépecer une vache morte des suites d’une morsure d’un lion. Sur les photos de l’incident, on voit clairement qu’un des bâtons utilisés appartient à la police…

Les attaquants, venus sur les lieux avec une trentaine de motos, font partie d’un groupe de « vigiles de vaches », un groupe de membres de castes supérieures s’opposant à l’abattage de vaches, pour des raisons religieuses ancrées dans l’hindouisme.

Il faut savoir qu’il incombe à certaines familles dalits – et ce à travers toute l’Inde – de dépecer les animaux morts, y compris les vaches, pour enlever et tanner la peau et pour éliminer le reste de la bête.

La violence de l’incident et l’absence de toute action sérieuse de la police ont provoqué une vague d’indignation à travers tout le Gujarat et même au-delà. Quant à la communauté de dalits, ils ont entrepris des protestations pendant toute une semaine dans cet Etat à la pointe ouest de l’Inde. Et depuis lors se constitue un mouvement de grève : nombre de dalits refusent, en effet, de débarrasser les carcasses de bêtes mortes, au détriment de la puanteur et des problèmes sanitaires qu’une telle grève provoque dans la chaleur de cet Etat.

Le 31 juillet dernier, une grande manifestation a réuni 20.000 dalits à Ahmedabad, la capitale du Gujarat, au cours de laquelle ils se sont engagés à cesser leurs activités traditionnelles de ramassage des carcasses de bêtes mortes et l’ébouage des égouts et des latrines.

Leur leader, Jignesh Mevani, explique au Huffington Post India, que « le mouvement n’est non seulement une lutte contre les forces sociales et politiques d’exclusion. Il est également une lutte interne dans laquelle les dalits doivent se rendre compte qu’ils ne sont pas là pour nettoyer la boue de la société. Et en faisant ce changement, ils doivent s’attendre à des difficultés telles que la perte des moyens de subsistance. »

Mevani s’attend à ce qu’un quart seulement de ceux qui se sont engagés à cesser ces activités traditionnelles mettent leur résolution en pratique, mais il est convaincu que des milliers d’autres s’y rajouteront dans les prochains mois.

Le 5 août, une grande marche partira d’Ahmedabad pour rallier Una le jour de l’Indépendance (15 août). Les slogans sont d’ordre plus politique. La demande adressée au gouvernement de l’État est de fournir au moins cinq acres de terre pour chaque famille dalit dans le Gujarat, et d’établir des tribunaux spéciaux pour traiter les cas d’atrocités contre eux, comme inscrit dans la loi.

Les marcheurs prévoient de rencontrer les dalits dans les villages tout au long du parcours de 350 kilomètres, afin de les inciter à quitter leurs emplois subalternes et d’exiger des terres du gouvernement. «La lutte pour la terre est un élément clé. Ceux qui possèdent la terre ont le pouvoir», dit Mevani.

Sources: Navsarjan Trust et Huffington Post India

Share/Bookmark