New York / Copenhague – Les défenseurs des droits des dalits exclus de l’ONU

Jun 01 2016

New York / Copenhague – Les défenseurs des droits des dalits exclus de l’ONU


Le combat des dalits pour faire respecter leurs droits humains les plus élémentaires est un combat à l'échelle mondiale. Photo  @DalitAwaz Twitter Account

Le combat des dalits pour faire respecter leurs droits humains les plus élémentaires est un combat à l’échelle mondiale. Photo @DalitAwaz Twitter Account

Pour la 18e fois depuis 2008, le Comité des ONG a reporté la demande d’IDSN  pour obtenir le statut consultatif ECOSOC auprès de l’ONU. Il s’agit de l’attente la plus longue de son genre ! Deux autres questions de l’Inde ont encore une fois retardé le processus.

COPENHAGUE, 1 juin – Le Comité des Nations Unies sur les ONG est devenu tristement célèbre comme un outil des Etats qui ne respectent pas les droits humains et la société civile. La pratique du Comité de reporter à plusieurs reprises les demandes des ONG pour un statut consultatif auprès de l’ONU a atteint une ampleur alarmante telle qu’elle porte atteinte aux droits humains dans le monde, déclare le Réseau International de Solidarité Dalit IDSN dans un communiqué de presse.

Lors de la session en cours à New York, le Comité des ONG a encore une fois bloqué un certain nombre d’ONG d’avoir accès au Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC). La semaine dernière, 230 ONG ont pris l’initiative sans précédent d’appeler l’ONU à réformer la façon dont elle traite avec les ONG. Dans une lettre commune aux Etats membres de l’ECOSOC, elles ont décrit la pratique du Comité comme « le reflet de la croissance des restrictions sur la société civile à l’échelle mondiale ».

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’exercice des droits à la liberté de réunion pacifique et d’association, Maina Kiai, a rejoint cette critique en déclarant que le Comité des ONG a été « détourné » par les gouvernements qui visent à « enlever les voix des ONG sur le scène internationale » en « reportant de façon arbitraire des applications au statut consultatif. » Elle a exhorté le Comité à cesser de « se plier aux considérations qui minent la capacité des Nations Unies de remplir sa mission. »

Le cas le plus extrême de l’obstruction contre les ONG est celui du Réseau International de Solidarité Dalit ou IDSN, qui a commencé son processus de demande il y a neuf ans. Hier, le Comité a reporté l’application pour la 18e fois, comme l’Inde a présenté deux autres questions à IDSN. Depuis 2008, l’Inde a ainsi demandé 77 questions à IDSN, beaucoup d’entre elles de façon répétitive et ayant déjà reçu une réponse. Maina Kiai a décrit ces actions comme « clairement inacceptables, erronées et injustes. »

Ce report signifie qu’IDSN et ses membres, dont beaucoup sont des défenseurs des droits humains en provenance des pays affectés par le système de castes, sont effectivement empêchés de s’associer librement avec l’ONU. Sans le statut ECOSOC, les ONG ne peuvent pas présenter des déclarations ou organiser des événements parallèles lors des forums des Nations Unies. Cela fait une perte d’occasions pour discuter des violations atroces des droits humains imputables à la discrimination de caste.

Au cours de la session du Comité sur les ONG, l’Inde a accusé IDSN de mondialiser des problèmes locaux en les amenant à l’ONU et a fait valoir que leurs « sensibilités » ne peuvent pas être discutées dans les enceintes multilatérales des Nations Unies. IDSN est fortement en désaccord avec ce point de vue, estimant que la discrimination de caste est incontestablement un problème mondial de droits humains.

« Le harcèlement d’IDSN par l’Inde fait partie de la tendance mondiale qui, en Inde elle-même, a conduit à un espace de plus en plus rétréci pour les défenseurs des droits humains. En outre, l’Inde agit contre les intérêts de ses 200 millions de dalits. En bloquant les discussions sur la discrimination des castes dans les instances internationales, elle laisse tomber en fait un sixième de sa propre population et nuit aussi aux aspirations à une vie meilleure des dizaines de millions de personnes soumises à la discrimination de la caste dans d’autres pays, » a déclaré la directrice exécutive d’IDSN, Rikke Nöhrlind.

Source : IDSN

Share/Bookmark