Inde – le Bhim Yatra donne espoir aux éboueurs manuels

Apr 12 2016

Inde – le Bhim Yatra donne espoir aux éboueurs manuels


Des militants au cours de leur périple de 125 jours à travers l'Inde pour dénoncer l'ébouage manuel

Des militants au cours de leur périple de 125 jours à travers l’Inde pour dénoncer l’ébouage manuel. Photo SKA

Au cours des quatre derniers mois, des militants ont sillonné l’Inde en bus pour protester contre l’enlèvement manuel des excréments. Leur « marche » – le Bhim Yatra – se conclut le 13 avril à New Delhi, à l’occasion du 125e anniversaire du grand leader dalit, le Dr Ambedkar.

Le message est clair: « Arrêtez de nous tuer » – dans les latrines sèches, les égouts et les fosses septiques. Un groupe de militants représentant la communauté des éboueurs manuels a porté ce message à travers l’Inde depuis décembre 2015, et sur le chemin, il a donné de l’espoir aux personnes impliquées dans cette pratique inhumaine et illégale en les informant de leurs droits.

Les militants du mouvement contre l’ébouage manuel Safai Karmachari Andolan (SKA) avaient lancé le Bhim Yatra en décembre de l’année passée et ont depuis visité 500 districts dans 30 États. Ils ont parcouru plus de 35.000 kilomètres, parlé à des milliers de gens ordinaires et soulevé la question avec les dirigeants politiques, y compris le président Pranab Mukherjee. Une délégation de la société civile l’a rencontré le 18 mars dernier et exigé une « fin immédiate à la pratique de l’ébouage manuel et aux décès dans les égouts. »

L’ébouage manuel est interdit en Inde, mais continue néanmoins à travers tout le pays, souvent avec le consentement ou même l’encouragement des autorités. Des centaines de milliers de femmes, principalement dalits, sont obligées de ramasser les excréments humains de leurs mains nues. D’autres centaines de milliers, surtout des hommes dalits, nettoient les égouts tout en risquant leur vie. SKA estime que 1200 en meurent chaque année.

« Est-ce parce que ce sont des dalits qui font cet ébouage manuel, que le gouvernement ne prend pas leur réadaptation au sérieux ? Si des membres d’autres castes étaient impliqués, une solution aurait sûrement été trouvée, » a déclaré Dr Bezwada Wilson, responsable national de SKA dans une récente interview avec The Tribune.

Le Yatra – décrit par SKA comme un « voyage de la douleur et de l’angoisse » – arrive ce 12 avril à New Delhi et se termine le 13 dans la capitale, coïncidant avec le 125e anniversaire de la naissance du Dr Ambedkar, qui avait exhorté ses compatriotes dalits à « quitter le balai et prendre la plume ». Lors de la dernière rencontre, 125 familles de toute l’Inde prennent la parole sur le sujet douloureux des décès dans les égouts.

« Nous ne voulions pas célébrer l’anniversaire en apportant la guirlande habituelle à notre idole. Nous avons pensé que la meilleure façon de célébrer Babasaheb (Ambedkar) serait d’apporter sa vision au peuple et de conscientiser les gens à leurs droits », a déclaré le Dr Wilson à Catch News pendant le périple du Bhim Yatra.

Source : IDSN

Share/Bookmark