Bangladesh – Des millions de dalits ont besoin d’eau et de toilettes

Mar 14 2016

Bangladesh – Des millions de dalits ont besoin d’eau et de toilettes


 

Bidonville dalit à Dhaka Photo J. Carlsen

Bidonville dalit à Dhaka
Photo J. Carlsen

Les dalits du Bangladesh sont privés d’accès à l’eau, aux sanitaires et à l’hygiène (WASH – Water, Sanitation and Hygiene). Un nouveau rapport exhorte le gouvernement du pays à prendre des mesures sur la question et les groupes de la société civile à accorder plus d’attention aux besoins de la population dalit.

Pour les dalits de Dhaka, l’eau propre est un luxe. La population non-dalit de la capitale du Bangladesh fait généralement bouillir ou filtre son eau, mais les dalits, économiquement défavorisés et discriminés, doivent souvent se contenter de sources d’eau non potable.

« Nous avons la chance d’avoir une source d’eau; qu’elle soit salubre ou non, ce n’est pas notre principale question », dit une militante des droits dalits, Sonu Rani Das, dans un récent rapport sur l’accès à l’eau, aux sanitaires et à l’hygiène (WASH) pour les dalits au Bangladesh.

La situation dans sa « colonie » – un terme pour désigner les hameaux où vivent la plupart des dalits – n’est qu’un exemple des nombreux problèmes auxquels les quelque 5,5 – 6,5 millions de dalits du Bangladesh doivent faire face dans leur vie quotidienne. Ils vivent dans des conditions épouvantables, souvent dans des endroits sales avec une canalisation qui déborde ou qui est bouchée, des égouts à ciel ouvert, un manque de latrines et de salles de bains, et près des terrains d’immondices.

La discrimination contre eux se manifeste en particulier par des difficultés d’accès aux services d’eau et aux toilettes. Dans la partie rurale du pays, 89 pour cent des dalits utilisent des latrines partagées, la plupart du temps sans toit. Et dans les « colonies » dalits urbaines, 84 personnes partagent en moyenne un point d’eau, et il y a une latrine pour 40 personnes.

Le rapport – produit par le Bangladesh Dalit and Excluded Rights Movement (BDERM) et l’ONG Nagorik Uddyog – constate que de nombreuses mesures prises par le gouvernement du Bangladesh pour améliorer les services d’eau et d’hygiène pour la population en général, tant dans les zones urbaines que rurales, n’ont eu que peu d’effet sur les dalits du pays. « C’est dans une large mesure parce que la reconnaissance des questions dalits doit encore évoluer, » selon le rapport.

Le rapport présente un certain nombre de recommandations au gouvernement. Celles-ci comprennent l’adoption d’une loi sur la lutte contre la discrimination; des mesures pour assurer « un accès adéquat et sans discrimination à l’eau et l’hygiène » pour les ménages dalits; le ciblage des colonies dalits pour améliorer les installations WASH; et l’abolition des « barrières physiques, culturelles, économiques et sociales » auxquelles les dalits se heurtent pour accéder aux services WASH.

D’autres recommandations s’adressent aux organisations de la société civile. Elles devraient « augmenter l’interaction avec la population dalit », renforcer le pouvoir et les capacités des dalits et de leurs organisations pour exiger des installations WASH et former des groupes de travail WASH pour identifier les besoins dalits dans ce domaine.

Source : IDSN

Share/Bookmark