Inde –  Les dalits frappés de manière disproportionnée par les inondations de novembre 2015 au Tamil Nadu, sans aide en vue

Dec 10 2015

Inde –  Les dalits frappés de manière disproportionnée par les inondations de novembre 2015 au Tamil Nadu, sans aide en vue


Photo SASY Tamil Nadu 2015

Photo SASY Tamil Nadu 2015

Un rapport d’évaluation de la situation dans le Tamil Nadu à la suite des inondations dévastatrices du 9 novembre 2015 constate que les ménages dalits sont les principales victimes de l’inondation et ne bénéficient pas d’une aide du gouvernement, en dépit de l’assistance fournie aux non-dalits. Les données recueillies auprès des victimes révèlent que plus de 95% des maisons endommagées par les inondations appartiennent à des dalits, mais ces derniers n’ont pas bénéficié des abris mis en place par le gouvernement. Le rapport “Pas de répit pour les dalits dans la réponse à la catastrophe, Tamil Nadu” a été publié par le National Dalit Watch (NDW) et la Social Awareness Society for Youth (SASY), Tamil Nadu.

L’équipe d’enquête a interrogé 8392 ménages dans 20 des villages les plus affectés par les inondations du district de Cuddalore. Un peu moins de 41% d’entre eux étaient des ménages dalits. Le rapport révèle que 90% des personnes blessées dans les inondations étaient dalits, 95% des maisons endommagées, 92% du bétail emporté par les flots et 86% des récoltes perdues appartenaient à des dalits.

Photo SASY Tamil Nadu 2015

Photo SASY Tamil Nadu 2015

Ajoutant l’insulte à l’injure, l’équipe d’enquête constate que parmi les personnes interviewées, une large discrimination à l’encontre des dalits a affecté le sauvetage et les secours, les ménages et les villages non-dalits ayant reçu l’appui du gouvernement alors que les ménages dalits n’ont pas reçu de soutien malgré les lourdes pertes subies.

Malgré le fait que leurs maisons étaient les plus endommagées, aucune famille dalit touchée par les inondations et interrogé par l’équipe n’a bénéficié d’un abri du gouvernement et les familles dalits n’ont souvent pas été en mesure d’accéder à des camps de secours mis en place dans les villages des castes dominantes, en raison de la discrimination et de la distance.

« Nous ne disposons toujours pas de murs et d’un toit, après 20 jours d’inondations, aucun fonctionnaire n’a visité notre village jusqu’à maintenant ; même le président du conseil du village (panchayat), qui est de la communauté dominante, est totalement biaisé et ne se soucie pas de notre situation, » raconte un dalit du panchayat (commune) de Parankipettai.

Aucune famille dalit n’a reçu des rations alimentaires par le biais du système de distribution publique de l’Etat du Tamil Nadu – et cela même 10 jours après l’inondation. Des dalits interrogés expliquent que souvent l’aide alimentaire a été donnée à des non-dalits vivant dans des maisons en béton, mais que les dalits sont laissés affamés.

Le rapport indique aussi que dans 90% des villages dalits, il n’y a pas d’alimentation en eau potable et les sources d’eau publiques ont été détruites ou contaminées. Dans certains villages, les dalits ont également expliqué que les personnes de castes dominantes ont refusé de leur permettre de prendre de l’eau aux sources appartenant à des non-dalits ou dans des hameaux de caste dominante.

Il y a un manque criant de services médicaux immédiats dans la plupart des villages dalits en dépit de la propagation de maladies transmises par l’eau et malgré que 90% des blessés interviewés étaient dalits. Beaucoup d’enfants dalits souffrent en outre de fièvre et ne reçoivent aucun traitement.

« Lorsque l’eau est entrée dans ma maison, j’ai couru pour trouver un endroit sûr, mais à mon âge, je n’y suis pas parvenue en toute sécurité et j’ai cassé la jambe dans ce chaos … il n’y avait aucune opération de sauvetage ni d’assistance médicale fournie par le gouvernement dans notre village, » raconte cette femme de 72 ans du village de Malavanur.

Besoins immédiats et recommandations

Les besoins immédiats des dalits dans les villages touchés comprennent le sauvetage et l’évacuation, une aide alimentaire immédiate, des abris, des soins de santé, l’accès à l’eau potable, aux toilettes et aux compensations, y compris la reconstruction des écoles. Une évaluation détaillée des besoins est présentée dans le rapport.

Le rapport propose également des recommandations détaillées pour répondre à ces besoins. Parmi les recommandations de sauvetage et de secours spécifiques proposés se retrouvent des recommandations aux autorités et aux autres fournisseurs de secours. Elles comprennent notamment l’intégration de dalits dans les services de secours et de réhabilitation, la mise en place de dialogues multipartites, des enquêtes sur les discriminations de caste dans les efforts de secours, l’évaluation des pertes subies par les dalits et des indemnisations adéquates. Le rapport recommande également l’ouverture urgente d’un groupe de travail pour élaborer des stratégies en vue d’ « actions inclusives pour la réduction des risques en cas de catastrophes » au niveau du district.

Les organisations à l’origine du rapport rappellent que l’histoire se répète, dans la mesure où National Dalit Watch a déjà signalé les effets disproportionnés des catastrophes sur les ménages dalits et la discrimination dans les efforts de secours et de sauvetage, notamment à l’occasion du tsunami de 2004 et de nombreuses autres catastrophes en Inde.

Malheureusement, le rapport est encore une autre pièce à rajouter aux preuves de la vulnérabilité des dalits aux catastrophes naturelles et la discrimination de caste dans les efforts de secours au cours des dernières années, la dernière ayant été soulevée par IDSN dans un appel urgent en relation avec le tremblement de terre au Népal. La publication d’IDSN, Egalité en matière d’aide, qui avait rassemblé des cas et des recommandations, est également très utile dans ce dernier exemple.

Source: IDSN

Share/Bookmark