INDE – Les agences des Nations Unies en Inde collaborent pour mettre fin à la discrimination de caste

Dec 02 2014

INDE – Les agences des Nations Unies en Inde collaborent pour mettre fin à la discrimination de caste


 

0b51cd5262A l’initiative du Programme de développement des Nations Unies (PNUD), six agences des Nations Unies, y compris le FIDA, l’OIT, le FNUAP, l’UNICEF et ONU Femmes collaborent pour aider à accélérer l’inclusion de la problématique des dalits et adivasis ainsi que l’accès aux droits dans les processus de politique et de planification au niveau national et dans les différents Etats de l’Inde.

L’équipe a été formée dans la mesure où elle estime que le combat contre l’exclusion et la marginalisation des dalits et adivasis joue un rôle clé pour réaliser les objectifs de développement et l’accès aux droits essentiels pour une grande proportion de la population en Inde. Elle écrit notamment sur le site www.in.one.un.org : « Cibler les interventions sur les plus défavorisés améliore la vie et aborde la pauvreté de façon multidimensionnelle », ou encore : « Les agences des Nations Unies en Inde s’engagent à soutenir les efforts du gouvernement indien pour une plus grande inclusion des tribus et castes répertoriées dans le processus de développement. »

Parmi les autres initiatives, l’équipe a lancé une campagne pour mettre fin au ramassage manuel des excréments humains et a produit un dépliant sur l’ébouage manuel intitulé Breaking Free: Manuel pour la réhabilitation des éboueurs manuels, de même que des livrets richement illustrés de photos et des vidéos pour sensibiliser et pour pousser à l’engagement.

La «Consultation nationale sur la réhabilitation des éboueurs manuels et le rôle du gouvernement, des agences des Nations Unies, des secteurs privé et public, des entreprises et des sociétés civiles », qui s’est tenue récemment à Delhi, fait également partie de ces efforts. Les nombreuses agences de l’ONU présentes ont exprimé un engagement ferme à travailler conjointement et avec la société civile, le gouvernement et le secteur privé pour assurer une bonne réhabilitation des éboueurs manuels.

Les livrets photographiques comprennent notamment:

Breaking Free: Les femmes championnes pour mettre fin à l’ébouage manuel. Malgré la législation qui interdit la vidange manuelle des latrines, on estime qu’une proportion significative des 2,6 millions de latrines sèches du pays est nettoyée manuellement. Les femmes représentent la grande majorité des éboueurs manuels. Des défenseurs communautaires jouent un rôle important pour mettre fin à la pratique.

Breaking Free: De l’ébouage manuel à la pisciculture. L’ébouage manuel concerne la pratique du ramassage manuel, du transport ou de  toute manipulation des excréments humains  en provenance des latrines sèches et des égouts. Depuis 1993, des législations clés ont été promulguées pour interdire l’emploi d’éboueurs manuels, interdisant même la construction de latrines sèches et offrant des mesures de réhabilitation aux travailleurs concernés. Pourtant, une proportion importante des quelque 2,6 millions de latrines sèches en Inde continue d’être nettoyée manuellement.

Breaking Free: La vie après l’ébouage manuel. « Je vomissais tout le temps parce que je ne supportais pas l’odeur », dit Sevanti Bai, rappelant les nombreuses décennies qu’elle a travaillées en tant qu’éboueur manuel dans le district de Dewas au Madhya Pradesh. Convaincue par d’autres femmes dans sa communauté et par la loi qui interdit l’ébouage manuel, elle a abandonné ce travail en 2007. Depuis lors, elle et sa famille ont lutté pour joindre les deux bouts à travers des petits boulots, du travail occasionnel dans les champs et en nettoyant des grains.

Source: IDSN

Share/Bookmark