INDE – Les dalits victimes de violences sans fin ?

Nov 13 2014

INDE – Les dalits victimes de violences sans fin ?


Au cours du mois d’octobre 2014, les violences dont sont victimes les dalits indiens ne semblent pas avoir de limites. Des nouvelles, les unes plus choquantes que les autres, nous sont parvenues de plusieurs Etats de ce pays qui est connu, en Europe, pour un champion de la non-violence, à savoir le Mahatma Gandhi.

La sécurité des dalits ne s’améliore pas. Meurtres, viols collectifs et autres violences sont malheureusement le lot quotidien de cette population marginalisée et discriminée par le système de castes en vigueur.

Deux Etats indiens sont particulièrement épinglés par les journaux nationaux au cours des derniers mois. Il s’agit du Bihar et de l’Uttar Pradesh. Lois de séries ou hasards malheureux ? L’avenir nous le dira.

Viols et meurtres au Bihar…

Le 8 octobre dernier, 2 femmes et 4 jeunes filles dalits ont été violées dans un village de l’Etat du Bihar. Chiffonnières de profession, elles s’étaient rendues auprès d’un marchand de ferraille pour vendre les choses qu’elles avaient recueillies tout au long de la journée. Le marchand les a violées avec la complicité de deux de ses associés, tout en ligotant deux garçons de 6 ans qui accompagnaient le groupe de chiffonnières dalits. Plus tard, ils ont permis aux femmes et aux jeunes de rentrer chez eux, en les menaçant de conséquences désastreuses si elles parlaient à quiconque de l’incident.

Des récits de viols perpétrés sur des femmes dalits au Bihar ne sont pas nouveaux. Cela reflète, une fois de plus, que dans ce pays, certains hommes de castes supérieures exercent leur pouvoir sur les dalits par la violence sexuelle envers les femmes. Mais la poursuite de ces viols et d’autres atrocités, malgré les actions en cours des mouvements pour les droits civils et humains, est alarmante et inquiétante.

Dans un autre incident au Bihar, un jeune berger dalit a été tué par des propriétaires terriens. Ram, 15 ans, faisait paître ses chèvres dans les alentours de son village, à environ 200 kilomètres au sud-ouest de Patna, la capitale du Bihar. Une de ses chèvres s’est égarée sur la rizière d’un propriétaire de caste supérieure et a endommagé les cultures. Ram a été attrapé par le propriétaire et un groupe d’autres hommes. Ils l’ont roué de coups, puis versé de l’essence sur lui et l’ont brûlé vif. Le père de Ram, un journalier de 50 ans, a déclaré : « Il criait au secours, puis se tut. » Pour le père de l’adolescent, rien ne peut compenser la mort de son fils.

L’incident était le dernier d’une série d’incidents violents qui ont une fois de plus mis en évidence les problèmes et les discriminations liées à la caste, en particulier dans les zones rurales et pauvres du Bihar.

En septembre, des centaines de familles dalits avaient été chassées de chez elles dans deux autres districts du Bihar, après qu’un homme dalit ait essayé de se présenter aux élections locales contre les candidats des castes supérieures.

Une des raisons des récents incidents au Bihar peut être la désignation, en mai dernier, de Jitan Ram Manjhi, un dalit, comme ministre en chef de l’Etat, ce qui a provoqué colère et actes de rétorsion de la part de certains membres de castes supérieures.

… et en Uttar Pradesh

Mais les violences ne se limitent pas au Bihar. En Uttar Pradesh, une famille dalit de trois personnes a été sauvagement assassinée et leurs corps mutilés dispersés sur leur ferme.

Selon des sources, les meurtres horribles du couple et de leur fils de 19 ans pourraient être un cas de « crime d’honneur ». Certaines rumeurs faisaient, en effet, état d’une relation illicite entre une femme mariée de caste supérieure, qui vivait à côté de la ferme de la famille dalit, et un membre de cette famille.

Toujours en Uttar Pradesh, une femme dalit a été violée dans une clinique privée. Venue consulter le médecin pour des maux d’oreille violents, elle avait été admise dans la clinique. Le médecin et son complice sont venus dans sa chambre pour ce qui semblait être un contrôle de routine. Ils l’ont bâillonnée et rendue inconsciente, puis violée.

Des changements de législation : nécessaires mais insuffisants

Début de cette année, la loi censée protéger les dalits et les adivasis contre les violences de la part de membres d’autres castes avait été renforcée. Mais les nombreux crimes horribles dont sont victimes les dalits à travers l’Inde montrent que cela ne freine pas les auteurs à perpétrer des actes odieux sur les personnes dalits. Si le renforcement des mesures juridiques en cas de violence liée aux castes est nécessaire, des campagnes de conscientisation sur un vivre-ensemble respectueux le sont tout autant.

(D’après plusieurs articles de presse indiens)

Share/Bookmark