Discrimination des castes, travail des enfants et prix Nobel de la paix

Oct 28 2014

Discrimination des castes, travail des enfants et prix Nobel de la paix


Photo: Jakob Carlsen

Photo: Jakob Carlsen

La discrimination des castes est un facteur clé du travail des enfants en Inde, ce pays qui abrite le plus grand nombre d’enfants travailleurs dans le monde. Tel est le message venant de spécialistes du travail des enfants. Le lauréat du prix Nobel de la paix 2014, Kailash Satyarthi, explique également comment la discrimination de caste dont il fut témoin lorsqu’il était un enfant a influencé son engagement pour lutter en faveur des droits des personnes les plus marginalisées.

Le travail des enfants et la discrimination de caste continuent malheureusement à aller de pair en Inde. Dans le cadre du Prix Nobel de la paix décerné à l’un des principaux militants de l’Inde contre le travail des enfants, M. Kailash Satyarthi, cette question a de nouveau été soulevée dans les médias internationaux et dans les déclarations d’experts.

Les membres du réseau IDSN travaillent depuis de nombreuses années pour lutter contre le travail des enfants fondé sur la caste, y compris la prostitution des enfants, le travail des enfants dalits dans l’agriculture, la vidange manuelle des latrines et l’exploitation minière, le travail dans l’industrie du textile, le tissage de tapis et la construction. Malheureusement, aussi longtemps que la discrimination et la stigmatisation conduisent à l’extrême pauvreté et bloquent les opportunités des familles dalits à s’en sortir, il est difficile de trouver des alternatives viables pour les enfants dalits, en particulier l’éducation.

A l’occasion de l’attribution du prix Nobel de la paix à M. Satyarthi, le spécialiste de l’université de Harvard sur le travail des enfants, Siddharth Kara, commente dans son article «La pauvreté et la caste renforcent le travail des enfants en Asie du Sud» le fait que la caste est un facteur clé qui sous-tend le travail des enfants en Inde. « Tous les enfants travailleurs que j’ai interrogés proviennent de familles très pauvres et appartiennent soit à une basse caste, soit à une communauté minoritaire, » rappelle-t-il dans son article.

Dans sa déclaration « Arrêter les petites mains de l’esclavage », la directrice pour l’Asie du Sud de Human Rights Watch, Meenakshi Ganguly, souligne également le fait que la discrimination de caste est en partie à blâmer pour le travail des enfants en Inde, car cette discrimination pousse de nombreux enfants dalits à abandonner leurs études.

Satyarthi lui-même signale que le fait d’avoir été témoin de discriminations de caste quand il était enfant et adolescent en Inde a nourri son engagement pour lutter en faveur des droits de ceux qui sont maltraités et marginalisés. Dans un article du New York Times, il raconte qu’étant enfant, il a connu un enfant dalit qui n’allait pas à l’école et on lui a dit que la caste de cet enfant le déterminait à devenir cordonnier.

Satyarthi explique aussi qu’étant adolescent, il a organisé un dîner préparé par des dalits pour les membres de castes dominantes. Il était furieux quand les castes dominantes ont boycotté le dîner et boudé ensuite la famille de Satyarthi. C’est cet incident qui l’a fait changer son nom de famille de caste dominante de l’époque vers son présent nom Satyarthi, qui signifie « chercheur de vérité ».

Dans son engagement en faveur des enfants travailleurs, Sayarthi a continuellement défendu les droits des enfants dalits, tout comme le font également les nombreux militants et organisations d’Asie du Sud qui rappellent le lien entre la discrimination des castes et le travail des enfants. Mais un effort concerté et coordonné doit impliquer tous les acteurs au niveau international, national, gouvernemental, multilatéral, de l’industrie et la société civile afin de lutter contre le travail des enfants fondé sur la caste, en Inde et ailleurs.

Source : IDSN

Share/Bookmark