INDE et ASIE DU SUD : Un défenseur dalit des droits humains brutalement torturé par la police

Oct 15 2014

INDE et ASIE DU SUD : Un défenseur dalit des droits humains brutalement torturé par la police


Un défenseur dalit des droits humains, âgé de 28 ans, M. Poovarasan, enlevé de son domicile par cinq officiers de police du Tamil Nadu, a été brutalement torturé, insulté et traité de noms relevant directement de la discrimination de caste. Après de tels abus, la force policière n’a pas hésité à accuser Poovarasan de fausses charges et à le poursuivre en justice. Incapable de marcher, la victime a été conduite en ambulance au palais de justice où l’inspecteur de police en fonction a renvoyé l’ambulance avec Poovarasan à son bord non sans l’avoir intimé, avec menaces à l’appui, de garder le silence sur les graves abus dont il avait été victime. Un appel urgent a été lancé dans toute la région pour veiller à ce que la victime puisse bénéficier des soins que réclamait son état et que les policiers responsables de ces mauvais traitements soient poursuivis.

L’appel urgent décrit en détail les mauvais traitements subis par la victime grâce notamment au travail fourni par Makkal Mandram, une organisation de défense des droits humains dont Poovarasan est du reste un membre actif. Cet appel a été largement distribué tant à des organisations humanitaires qu’à des personnes privées.

Le Réseau International de Solidarité Dalit (IDSN) condamne sévèrement cet incident et exprime son profond souci au sujet de l’escalade de la violence à l’égard des défenseurs dalits des droits humains dans toute la région de l’Asie du Sud. Ainsi, fin septembre 2014, un défenseur dalit des droits humains, Milan Das, a été attaqué au Bangladesh et battu sans merci alors qu’il ne faisait que son devoir en travaillant pour la défense des droits humains. Par ailleurs, on constate qu’au Bangladesh le nombre de rapports sur les menaces, intimidations, harcèlements et violences dont sont victimes des défenseurs dalits des droits humains ne cesse de croître de manière alarmante.

Mme M. Sekaggya, ancienne porte-parole des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits humains, a fait connaître son souci particulier au sujet du sort réservé aux défenseurs dalits des droits humains. Lors de sa dernière visite en Inde, elle a publiquement exprimé sa préoccupation majeure « devant la situation critique à laquelle doivent faire face tous ceux et celles qui travaillent pour le respect des droits des populations marginalisées, à savoir les dalits, les adivasis (tribaux), les minorités religieuses et les femmes. Ils et elles doivent affronter des dangers réels et même l’ostracisme à cause de leurs activités. Des collectivités luttant pour leurs droits sont ainsi devenues des victimes.»

Les recherches menées par l’Association « Human Rights Watch » ont identifié plusieurs formes d’atrocités perpétrées par des officiers de police. Plus de 60 % des victimes de tortures  appartenaient aux ‘castes répertoriées’ (scheduled castes) ou à des minorités religieuses. Ces atrocités étaient de divers ordres : tortures et massacres dans des lieux de détention, meurtres au grand jour, attaques de colonies dalits, combats entre représentants de castes et dalits, violences infligées à des femmes dalits, arrestations injustifiées de dalits, violences extrêmes pour écraser des manifestations pacifiques de dalits, violences à l’égard d’entières colonies dalits lorsque les forces de l’ordre poursuivent un dalit présumé coupable…

De telles atrocités sont documentées entre autres par le Mouvement National de Justice pour les Dalits (NDMJ).

De son côté, le Réseau International de Solidarité Dalit (IDSN) plaide avec insistance pour qu’il soit donné suite à l’appel lancé pour Poovarasan et demande instamment que le Gouvernement de l’Inde prenne toutes mesures utiles pour la protection des défenseurs dalits des droits humains.

Enfin, les Nations Unies et d’autres organisations internationales sont invitées à prêter une attention très spéciale à la situation particulièrement vulnérable des défenseurs dalits des droits humains dans toute la vaste région de l’Asie du Sud.

Source: IDSN

Share/Bookmark