PAKISTAN – Des milliers de dalits protestent contre les attaques et la discrimination à leur égard

Oct 06 2014

PAKISTAN – Des milliers de dalits protestent contre les attaques et la discrimination à leur égard


Photo: PILER

Photo: PILER

Fin septembre 2014, 15.000 hindous – dont une majorité de dalits – ont défilé dans les rues de Karachi pour que le gouvernement provincial du Sind (sud-est du Pakistan) réponde à leurs demandes et arrête l’escalade de la discrimination contre les hindous de la région.

La manifestation a été déclenchée suite à l’assassinat, à Umerkot, de deux commerçants hindous de la communauté marginalisée des Malhi. Les meurtres ont suivi une série d’attaques sur les communautés non-musulmanes sous la forme de meurtres, d’enlèvements, de conversions forcées et d’attaques contre des lieux de culte. La manifestation était conduite par M. Lal Malhi, un membre de l’Assemblée nationale du Pakistan élu sur les sièges réservés aux minorités.

Le district d’Umerkot, où la population non-musulmane est majoritaire, est de plus en plus une plaque tournante d’attaques ciblées contre la communauté hindoue. Des assassinats fréquents, des enlèvements et des conversions forcées de femmes hindoues ont conduit à un exode massif de la population locale de la région. Lors des élections générales de l’année dernière, la communauté hindoue a reçu une nouvelle fois des menaces de la part de personnalités puissantes essayant d’usurper leur droit de vote. Il n’y a eu aucune attention particulière face à cette menace contre la communauté locale. Ni le gouvernement provincial, ni le gouvernement fédéral n’ont pris des mesures pour répondre aux préoccupations de la population locale.

Le document de revendications présenté par les manifestants au gouvernement de Sind comprenait des mesures clés à prendre pour mettre fin à la discrimination et aux attaques visant les Hindous et d’autres groupes minoritaires au Pakistan. Le document demandait une attention particulière à la situation des dalits dans le Sind, car ils constituent un groupe très vulnérable souffrant de multiples discriminations. Les manifestants demandèrent également une enquête urgente sur la crise humanitaire en cours dans le désert du Thar pour répondre aux causes profondes sociales, économiques et politiques de la question pour faire face au mécontentement croissant dans la région.

En outre, les manifestants ont exhorté le gouvernement à appliquer le verdict historique de la Cour suprême du Pakistan de mai 2014, demandant au gouvernement de constituer un Conseil national pour les droits des minorités, de former une force de police spéciale pour la protection des lieux de culte des minorités et d’enlever le matériel haineux des programmes d’études. Ils ont exigé que des mesures soient prises pour mettre en œuvre toutes les recommandations, y compris l’application des directives politiques concernant la réservation de quotas pour les minorités dans tous les services gouvernementaux.

Suite à la manifestation, un comité du gouvernement du Sindh, comprenant 3 ministres et de hauts fonctionnaires, a accepté toutes les exigences énoncées dans le document de revendications, après avoir rencontré une délégation, dont les organisateurs de la manifestation. Le gouvernement du Sind a également convenu de former un comité mixte pour la mise en œuvre des demandes et suggestions restantes.

Enfin, le gouvernement s’est engagé par écrit à n’entreprendre aucune mesure punitive envers les manifestants et les organisateurs pour avoir organisé une telle manifestation à Karachi. Après la signature de cet accord, la manifestation a été dissoute, en attendant un résultat prometteur qui nécessitera un suivi. Parmi les 15 000 manifestants, 80% étaient des dalits, selon le Pakistan Dalit Solidarity Network (PDSN).

Source: IDSN

Share/Bookmark