INDE : L’enlèvement manuel des excréments humains continue, avec la complicité des autorités locales

Aug 26 2014

INDE : L’enlèvement manuel des excréments humains continue, avec la complicité des autorités locales


Gangashree parcourt le village de Kasela (Uttar Pradesh) pour collecter manuellement les excréments humains des toilettes. Elle porte ces excréments dans son panier pour les jeter à l’extérieur du village. © 2014 Digvijay Singh

Gangashree parcourt le village de Kasela (Uttar Pradesh) pour collecter manuellement les excréments humains des toilettes. Elle porte ces excréments dans son panier pour les jeter à l’extérieur du village. © 2014 Digvijay Singh

Le gouvernement indien devrait mettre fin au ramassage manuel des excréments humains par les communautés issues des castes les plus défavorisées, en s’assurant que les responsables locaux fassent respecter les lois interdisant ces pratiques discriminatoires, a déclaré Human Rights Watch dans un nouveau rapport publié ce 25 août. Le gouvernement doit mettre en œuvre la législation existante destinée à aider les membres des communautés qui récupèrent les excréments à trouver un mode de vie alternatif durable.

Le rapport de 96 pages, intitulé «Cleaning Human Waste: ‘Manual Scavenging,’ Caste, and Discrimination in India » dénonce le caractère coercitif de la récupération manuelle des excréments. En Inde, les éboueurs manuels, appartenant à une sous-caste des dalits, récupèrent quotidiennement des excréments humains et les transportent avec des paniers en rotin. Les femmes issues de ces castes nettoient généralement les toilettes à domicile tandis que les hommes se chargent des tâches plus physiques comme nettoyer les égouts et les fosses septiques. Le rapport décrit les obstacles rencontrés par les personnes qui veulent arrêter ces tâches : des menaces de violences et d’expulsions de la part des autres habitants mais également des menaces, des actes de harcèlement et des retenues illégales sur salaires par les autorités locales.

« Les tentatives des gouvernements indiens successifs pour mettre fin au nettoyage d’excrément fondé sur des critères de castes ont été mises à mal par une discrimination continue et la complicité des autorités locales » a déclaré Meenakshi Guaguly, directeur Asie du Sud à Human Rights Watch. « Le gouvernement doit sérieusement mettre en œuvre les lois interdisant le nettoyage manuel des déchets et venir en aide aux communautés concernées. »

Pour voir la vidéo sur les éboueurs manuels accompagnant le rapport de HRW, cliquez ici

Source: Human Rights Watch

Share/Bookmark