UNICEF : Le Yémen prend une première initiative majeure pour rejoindre la population « Al Akhdam »

May 16 2014

UNICEF : Le Yémen prend une première initiative majeure pour rejoindre la population « Al Akhdam »


Un projet visant à localiser sur carte les communautés « Al Akhdam » au Yémen a été lancé par l’UNICEF en collaboration avec le Ministère du Travail et des Affaires Sociales. Le ‘Réseau international de solidarité dalit’ (IDSN) qui a œuvré pendant plusieurs années en vue de promouvoir les droits de la population « Al Akhdam » se réjouit qu’une telle étude soit entreprise ; elle devrait toucher près de 10.000 familles.

Dans son communiqué de presse publié le 15 avril dernier, l’UNICEF exprime son appréciation à propos de ce important premier pas du Yémen pour ouvrir un dialogue avec des communautés marginalisées.

L’UNICEF et le Fonds du bien-être social (SWF) du Ministère du Travail et des Affaires Sociales du Yémen viennent de lancer un projet visant à localiser sur cartes géographiques les communautés ‘muhamasheen’ (connues localement sous le nom d’ « Akhdam ») de la région de Taiz. Il s’agit d’une première initiative ayant pour but de prendre pour objet d’étude une population d’environ dix mille familles parmi les plus marginalisées du pays.

Il existe peu de données sur cette population exclue. On peut toutefois faire état de certains témoignages privés qui expliquent clairement les énormes inégalités dont sont victimes les communautés ‘muhamasheen’ chaque fois qu’on les compare aux autres pauvres du Yémen. En bref, les communautés ‘muhamasheen’ ont moins de chance de pouvoir bénéficier des services sociaux tels que soins de santé, éducation, accès à l’eau, certificats de naissance ou logement.

« J’ai vu des communautés ‘muhamasheen’ qui ne disposent ni d’eau ni de latrines, où les enfants ne sont pas scolarisés et se rendent rarement dans des centres de santé » nous dit le représentant d’UNICEF, J. HARNEIS. « Cette étude nous permettra de mesurer l’ampleur du problème de manière à ce que nous puissions agir en synergie pour trouver des solutions adéquates. »

Pendant une période de six semaines, le projet identifiera les localisations géographiques ainsi que tous les éléments fondamentaux qui caractérisent les familles des ‘muhamasheen’ et leurs enfants. Cette première phase couvrira neuf des vingt-trois districts de la province de Taiz.

La deuxième phase examinera quels sont les programmes à introduire dans les diverses localisations identifiées lors de la première phase : la prise de conscience des familles sur la nécessité d’épargner pour les enfants ; l’établissement de liens fonctionnels entre les familles et les services sociaux de base ou encore la mise au point de mesures de protection sociale auxquelles les familles ont droit, y compris des transferts monétaires.

La troisième phase cherchera principalement à aider les ‘muhamasheen ‘ à assumer pleinement leurs responsabilités et à revendiquer leurs droits.

L’étude sera exécutée par SWF à Taiz avec l’aide technique d’une institution nationale de recherches. A ce jour, 45 employés du SWF ont été formés à la collecte de données en utilisant des ordinateurs. Cette technologie leur permet d’envoyer toutes les données concernant les familles de ‘muhamasheen’ immédiatement après les interviews.

L’UNICEF espère que l’étude et les programmes qui en découleront pourront promouvoir l’inclusion sociale des muhamasheen dans la société du Yémen. Cette étude aidera donc cette population à avoir accès aux systèmes de protection sociale et de participer effectivement aux prises de décisions qui les concernent  directement tant au niveau du district, de la province qu’au niveau national.

Source : IDSN / UNICEF

Share/Bookmark