INDE – Nouvelle législation de l’ébouage manuel

Dec 18 2013

INDE – Nouvelle législation de l’ébouage manuel


Brûler leurs paniers - un symbole de la lutte contre l'ébouage manuel. Photo SKA

Brûler leurs paniers – un symbole de la lutte contre l’ébouage manuel. Photo SKA

Alors qu’elle est introduite au parlement indien depuis le mois de septembre, on attend toujours la nouvelle législation destinée à éradiquer la pratique humiliante du ramassage manuel des excréments, qui persiste malgré son interdiction depuis des décennies. La société civile indienne est favorable à l’initiative d’introduire une nouvelle législation, mais elle estime que des aspects critiques doivent encore être introduits avant le dépôt définitif de la loi qui était prévu pour le 6 décembre dernier.

Selon la Campagne nationale pour la dignité et l’élimination de la vidange manuelle (Rashtriya Garima Abhiyan), la nouvelle législation prévoit la réhabilitation des éboueurs sans en fixer les dispositions spécifiques. Des contradictions persistent à certains endroits, quand la loi parle d’un côté de l’éradication totale de l’ébouage manuel, alors qu’ailleurs, elle prescrit l’équipement de sécurité nécessaire dans la réalisation de cette tâche. Des provisions pour une aide financière et d’autres plans de réhabilitation ne sont pas correctement spécifiés et risquent de ne pas être mis en œuvre. Il n’y a pas non plus de dispositions claires et concrètes dans le projet du texte pour l’application de la loi dans les institutions gouvernementales comme les chemins de fer indiens, qui sont parmi les plus importants employeurs d’éboueurs manuels du pays. En outre, les éboueurs qui ont cessé la pratique avant l’adoption de la loi ne sont pas couverts par les nouvelles règles et on ignore si la législation s’applique aux éboueurs musulmans ou chrétiens. Les textes sont également insensibles au genre et ne se concentrent pas suffisamment sur ​​la caste comme une partie essentielle de la question de l’ébouage manuel.

La campagne a donc introduit des modifications pour que la loi adresse de façon adéquate ces points, et elle espère que le Ministère de la justice sociale remanie la législation finale en conséquence.

L’ébouage manuel est une occupation héréditaire fondée sur la caste qui implique des centaines de milliers de femmes, principalement dalits. Elles enlèvent les excréments humains des toilettes sèches à l’aide de quelques outils de base tels que d

e minces panneaux, des seaux et des paniers qu’elles transportent sur leur tête. Le terme couvre désormais également les travailleurs des égouts qui exercent leur activité dans des conditions dangereuses, sans aucune protection. Nul ne conteste le fait que ce projet de loi soit absolument nécessaire.

Au cours des dernières années, les organisations internationales des droits humains ont suivi de près tout ce qui concerne l’ébouage manuel. Mme Navi Pillay, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a appelé l’ébouage manuel “un travail profondément malsain, désagréable et indigne imposé à ces personnes en raison de la stigmatisation associée à leur caste.” Les médias indiens et internationaux ont également abordé la question à plusieurs reprises. Plus récemment, le journal The Guardian (Londres) y a consacré un article et des études de cas.

Source : IDSN

Share/Bookmark