NEPAL – Les dalits et les femmes sont les perdants des élections

Dec 18 2013

NEPAL – Les dalits et les femmes sont les perdants des élections


d71cd36649

Photo: Krish Dulal CC

La démocratie au Népal semble avoir pris un virage contraire à l’inclusion, lors de l’élection de l’Assemblée constituante (AC) de novembre dernier. Les résultats provisoires indiquent une représentation quasi nulle pour les dalits et minime pour les femmes. C’est un coup dur pour les dalits, et en particulier les femmes dalits, qui ont lutté longtemps et durement pour faire entendre leur voix dans le précédent Parlement et dans les assemblées constituantes. Au fil des ans, elles avaient acquis une certaine influence dans les comités et dans le processus de rédaction de la constitution.

« Il est incroyablement triste de constater que le Népal fasse un tel bond en arrière par rapport à la garantie des droits humains, l’inclusion et le bien-être de ses groupes les plus défavorisés, y compris les dalits. Au cours des dernières années, le Népal était clairement sur le chemin vers plus d’inclusion, mais les élections de novembre risquent maintenant de miner complètement cette voie », dit Rikke Nöhrlind, coordinatrice du Réseau Dalit de Solidarité Internationale (IDSN).

Les candidats élus directement sont connus, et le Parti du Congrès népalais sort comme grand vainqueur, alors que les maoïstes sont les principaux perdants. Le Parti du Congrès n’avait pas désigné un seul candidat dalit et tous les grands partis politiques avaient considérablement réduit le nombre des candidats dalits. Les médias signalent que seulement 10 femmes et deux candidats dalits ont été élus au scrutin majoritaire. Les militants des droits des dalits jugent tout à fait insignifiante la représentation des dalits dans la nouvelle assemblée constituante.

« Sans la présence des dalits qui représentent 20 % de la population, le processus de préparation de la nouvelle constitution n’abordera pas les nombreuses violations graves des droits humains et les obstacles au développement rencontrés par les dalits en raison de la discrimination de caste. L’avenir pour les dalits et les femmes au Népal semble maintenant très sombre », a déclaré Durga Sob, présidente de l’Organisation féministe dalit (FEDO).

Le résultat est un indicateur clair de l’importance de la représentation proportionnelle et de la nécessité de sièges réservés pour les castes marginalisées dans des démocraties affectées par le système des castes, afin de veiller à ce que des voix marginales ne soient pas reléguées en dehors de tout cercle d’influence. Les résultats électoraux définitifs ne sont pas encore connus, ni le nombre définitif des sièges pour les dalits dans l’assemblée constituante.

Minendra Rijal du Parti du Congrès népalais ne montre aucun signe de remords à ce résultat lamentable : « Il n’y a aucune raison constitutionnelle ou légale contraignante pour les partis politiques à assurer dans l’assemblée constituante une représentation de 33 % de femmes ou un niveau précis de représentation pour tout autre groupe … Ce que nous avons à faire, c’est de présenter des candidats comme les lois électorales l’exigent, et c’est ce que nous avons fait. »

Avec l’histoire récente du Népal à l’esprit, le fait d’enlever tout pouvoir à une grande partie de la population en la coupant de toute influence politique, c’est de s’aventurer sur un chemin très dangereux.

Les militants des droits des dalits préparent une réponse à ce qui semble être une situation désespérée et une démocratie en péril.

Source : IDSN

Share/Bookmark