Le Parlement européen adopte une résolution forte contre la discrimination de caste

Oct 14 2013

Le Parlement européen adopte une résolution forte contre la discrimination de caste


Mme Eva Joly au cours du débat

 Mme Eva Joly au cours du débat

Strasbourg / Bruxelles – Le 10 octobre dernier, le Parlement européen a envoyé un message fort de soutien à des centaines de millions de personnes à travers le monde qui sont victimes de discrimination de caste, en exhortant l’UE à redoubler d’efforts pour régler un problème de droits humains qui provoque des souffrances inimaginables.

Avant d’adopter la résolution sur la discrimination de caste, les députés appartenant à un large échantillon de groupes politiques ont parlé avec passion sur le sujet et ont condamné cette forme de discrimination en termes très forts. Certains ont même soutenu que les marchandises en provenance de pays touchés par le système des castes devraient être boycottées. Il y avait un large accord pour dire que les institutions européennes ne font pas assez pour résoudre le problème.

La résolution du Parlement européen appelle les institutions européennes à reconnaître et à traiter la discrimination de caste à égalité avec les autres motifs de discrimination tels que l’ethnicité, la race, la religion, le sexe et les relations de genre ; d’inclure la question dans la législation de l’UE et ses politiques des droits humains et de l’aborder au plus haut niveau avec les gouvernements des pays touchés par le système des castes.

Dans son discours d’ouverture du débat, la députée européenne des Verts Eva Joly, présidente de la commission du développement qui a déposé la résolution, a cité le Premier ministre indien, Manmohan Singh. Il ya quelques années, il a comparé la discrimination de caste dans son propre pays au système d’apartheid méprisé d’Afrique du Sud. Et Mme Joly de poursuivre : “En dépit de cette déclaration, en dépit de l’abolition de l’intouchabilité dans la constitution indienne, en dépit des lois, 260 millions de personnes souffrent quotidiennement des atrocités commises en toute impunité”, se référant au nombre estimé de personnes à travers le monde qui sont touchées par la discrimination de caste. La plupart d’entre eux vivent en Asie du Sud et sont connus comme les dalits.

D’autres intervenants ont noté que la discrimination de caste n’a pas sa place dans des sociétés démocratiques modernes. L’appelant “l’un des plus grands paradoxes du 21e siècle”, l’eurodéputé libéral Leonidas Donskis a déclaré qu'”il est impératif de veiller à ce que la lutte contre la discrimination fondée sur la caste devienne partie intégrante du langage des droits humains de l’UE et soit systématiquement inclus dans les efforts de l’Union dans le monde”.

La commissaire européenne Cecilie Malmström a affirmé que c’était déjà le cas et a énuméré un certain nombre de mesures que l’UE utilise pour traiter de la question, y compris des dialogues sur les droits humains avec les pays touchés et les programmes de développement. Toutefois, sa déclaration a été accueillie avec un certain scepticisme par les députés.

“Je ne suis pas vraiment d’accord que cela apparaisse suffisamment à l’ordre du jour”, a déclaré Alf Svensson du Parti populaire européen, et d’autres sont allés plus loin: “Si nous avons tous ces instruments de l’UE, et que 260 millions de personnes souffrent encore de discrimination de caste, alors nous avons échoué”, a dit Michael Cashman de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates.

De nombreux députés ont parlé de la violence brutale à laquelle les femmes et les enfants dalits sont soumis. D’autres ont demandé que l’on examine les relations commerciales avec les pays touchés par la caste. Un orateur a mentionné l’importance du projet des directives des Nations Unies pour éliminer la discrimination de caste, et a exhorté les Affaires extérieures de l’Union à les promouvoir. S’exprimant au nom du groupe GUE, le député européen Paul Murphy a salué le travail des militants dalits, en disant qu’ils ont montrent une voie pour envoyer “ce vestige féodal barbare à la poubelle de l’histoire.”

IDSN et ses membres exhortent maintenant les institutions européennes à prendre des mesures sur les nombreux points soulevés dans la résolution afin de lutter contre la discrimination des castes. Parlant à partir du Parlement européen à Strasbourg, la coordinatrice d’IDSN Rikke Nöhrlind et Manjula Pradeep, membre indien du Conseil exécutif IDSN, ont souligné que la résolution avait obtenu un très large soutien de tous les partis.

“Nous avons été encouragés d’entendre la commissaire Malmström dire que (la lutte contre) la discrimination de caste est une priorité pour l’UE, et que l’Union veut se battre contre cette discrimination. Mais nous sommes également d’accord avec les nombreux parlementaires qui disent que davantage pourrait être fait. La discrimination de caste est l’un des plus graves problèmes de droits humains dans le monde, et nous croyons que l’UE peut jouer un rôle important pour y mettre fin.”

D’après un communiqué IDSN

Share/Bookmark