Inde : Les éboueurs manuels menacent de bloquer le parlement

Aug 09 2013

Inde : Les éboueurs manuels menacent de bloquer le parlement


Des éboueurs manuels protestent à Delhi. Photo SKA

Des éboueurs manuels protestent à Delhi. Photo SKA

Des centaines d’éboueurs manuels ont manifesté à Delhi ce mercredi 7 août contre l’apathie du gouvernement à abolir la pratique inhumaine du ramassage manuel des excréments. Si la législation n’est pas introduite rapidement, ils vont retourner par milliers et empêcher le parlement de fonctionner.

Les militants pour l’éradication de la vidange manuelle des latrines en Inde en ont marre d’attendre que soit voté le nouveau projet de loi interdisant cette pratique ignoble et inhumaine. Des centaines d’éboueurs manuels ont protesté à New Delhi contre l’inaction du gouvernement et pour demander que le parlement adopte sans délai le projet de loi tant attendu.

Si les législateurs ne parviennent pas à agir immédiatement, des milliers de safai karmacharis (éboueurs manuels) menacent de bloquer l’entrée du parlement le premier jour de sa prochaine session et de manifester contre tous les députés dans leurs circonscriptions respectives.

Le projet de loi interdisant le travail d’ébouage manuel et favorisant leur réhabilitation a été soumis au parlement en septembre 2012, mais est toujours en suspens. La demande d’adopter enfin le projet est inclus dans un mémorandum adressé au Premier ministre indien, le Dr Manmohan Singh.

D’autres exigences incluent la réhabilitation plus rapide et plus généreuse des éboueurs manuels ainsi que l’augmentation de la compensation aux familles des égoutiers qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur métier dangereux. Le mémorandum demande également que le nouveau projet de loi couvre les éboueurs manuels utilisés pour nettoyer les voies ferrées.

En outre, les éboueurs manuels ont demandé les excuses du premier ministre au nom de la nation “pour toutes les indignités que les karmacharis safai ont souffert pendant des siècles en raison de l’intouchabilité et de ce travail imposé par le système des castes régissant la société”.

Le rassemblement à New Delhi a été organisé par l’organisation Safaï Karmachari Andolan (SKA), qui a été le fer de lance de la lutte contre l’ébouage manuel en Inde depuis plus de 25 ans. D’anciens éboueurs manuels ont brûlé les paniers utilisés pour cette tâche, paniers qui sont devenus le symbole de leurs humiliations subies.

“Nous luttons pour notre dignité. Nous avons souffert depuis des siècles et avons rompu notre silence”, a déclaré le coordonnateur national du SKA, Bezwada Wilson. “Il est de la responsabilité du gouvernement de prendre soin de nos problèmes, mais jusqu’ici, très peu a été fait à cet égard”, a-t-il ajouté.

La pratique inhumaine de l’ébouage manuel est fondée sur la caste et héréditaire. Elle implique principalement des femmes dalits qui tirent un maigre revenu du nettoyage des latrines sèches par leurs mains nues. La définition des éboueurs manuels inclut désormais également les travailleurs (principalement dalits) des canalisations d’égouts qui travaillent sans équipement de protection dans des conditions très dangereuses.

Au cours des dernières années, la pratique a fait l’objet d’une surveillance accrue des organismes internationaux des droits humains. En janvier 2013, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Navi Pillay, a appelé la vidange manuelle “un travail profondément malsain, répugnant et indigne imposé à ces personnes en raison de la stigmatisation associée à leur caste.”

Source : IDSN

Share/Bookmark