NEPAL : Lutter ensemble contre la discrimination de caste

Jun 28 2013

NEPAL : Lutter ensemble contre la discrimination de caste


A l’occasion de forums nationaux et internationaux consacrés aux droits humains, le Gouvernement du Népal a reconnu que la communauté dalit marquait un sérieux retard dans les sphères sociales, économiques et politiques du pays. Il reconnaissait aussi que ce retard était dû à une discrimination séculaire de caste et à l’intouchabilité. Pour remédier à cette situation, l’Etat népalais a déjà voté des lois et multiplié les déclarations officielles :

–        La déclaration du 6 juin 2006 présentant le Népal comme nation libre de toute discrimination de caste[1], promulguée par le parlement reconstitué après le deuxième mouvement populaire, a jeté les bases d’une restauration de la dignité et des droits humains des dalits ;

–        L’article 14 de la Constitution intérimaire de 2007 garantit les droits face à l’intouchabilité comme étant des droits fondamentaux de la société népalaise ;

–        La loi sur la discrimination de caste et l’intouchabilité (délits et punitions) de 2011, endossée par le parlement législatif, fait de tout acte de discrimination de caste et d’intouchabilité, tant dans des lieux publics que privés, un crime punissable selon la loi ;

–        Le Gouvernement a aussi mis sur pied en 2011 un « mécanisme pour mettre fin à toute forme de discrimination de caste et d’intouchabilité et pour promouvoir les droits des dalits ». Cette décision vise clairement à la mise en œuvre, pratique et efficace, de toutes les lois et engagements de l’Etat népalais ;

–        Les partis politiques se sont aussi engagés à protéger les droits de la communauté dalit et d’éliminer de la société toutes les pratiques de discrimination de caste et d’intouchabilité.

Malgré ces déclarations et ces dispositions légales et constitutionnelles, les dalits doivent toujours faire face à des formes extrêmes de discrimination de caste dans toutes les sphères de leur vie quotidienne. De fait, leurs droits ne sont pas respectés. Les pratiques discriminatoires n’ont pas été modifiées de manière significative dans la société népalaise. Les dalits subissent encore de nombreux abus voire même des attaques brutales chaque fois qu’ils tentent de revendiquer leurs droits et la liberté que la Constitution leur reconnaît. Pour donner quelques exemples de cette situation : un couple formé à la suite d’un mariage inter-castes à Bidur, dans le district de Nuwakot, a été victime de brutalités de la part des villageois et a finalement été expulsé du village le 28 avril 2013. Chij Maya Pariyar du district de Chitwan a été sévèrement battu parce qu’il était accusé de sorcellerie. Les attaques et assassinats subis par Sete Damai, dans le district de Daileck, et de Mambire Sunar, dans le district de Kalikot, sont les expressions les plus extrêmes de cette discrimination de caste.

Les abus continuels et les attaques brutales dont sont victimes ceux (les dalits) qui revendiquent  l’égalité des droits sont dus à une mise en œuvre inefficace des dispositions légales et constitutionnelles ainsi qu’aux préjugés des procureurs et à l’inaptitude des mécanismes d’Etat supposés protéger les droits des dalits. Quant aux partis politiques, ils ne cherchent ni à superviser correctement leurs membres ni à veiller à ce que divers mécanismes soient mis en œuvre pour la défense des droits humains des dalits. Pire encore, dans de nombreux cas, des cadres de divers partis ont offert des protections politiques à des coupables de violations à l’égard de dalits, aggravant ainsi le sort de victimes innocentes. De leur côté, les médias n’ont pas cherché à trouver les véritables causes de la discrimination de caste. Ils se sont généralement contentés de présenter les abus commis sur des dalits comme des nouvelles relevant de phénomènes sociaux. En réalité, le problème de la discrimination de caste et de l’intouchabilité n’est jamais traité comme une violation grave des droits humains. Au contraire, ce problème est considéré comme étant de nature sociale ou culturelle.

On pourrait donc conclure en disant que la situation actuelle au sujet des abus perpétrés sur la personne des dalits renforce la position des coupables de tels actes et décourage les dalits à revendiquer leurs droits sur pied d’égalité dans la société népalaise.

Source : « Dalit Civil Society Organisations in Nepal »



[1] Untouchability Free Nation

Share/Bookmark