Un acteur célèbre de Bollywood dénonce la discrimination de caste

Aug 16 2012

Un acteur célèbre de Bollywood dénonce la discrimination de caste


15/08/12

Dans une récente émission de son talk-show populaire «Satyamev Jayate», l’acteur Aamir Khan a abordé la discrimination de caste et l’a déclarée une «maladie mentale».

Si vous êtes un militant dalit, l’accès aux politiciens indiens de premier plan n’est pas facile. Si vous êtes une superstar de Bollywood (cinéma indien) et que vous parlez en faveur des droits des dalits, cela peut s’avérer bien plus facile – comme l’a démontré une rencontre entre le célèbre acteur, Aamir Khan, et le Premier ministre Manmohan Singh, le 16 juillet dernier.

Les deux hommes ont discuté de la pratique illégale et inhumaine de l’élimination manuelle des excréments humains, et le Premier ministre a assuré à M. Khan qu’il chercherait une réponse à la question de façon prioritaire. On estime à plus d’un million le nombre de dalits qui travaillent comme éboueurs manuels à travers l’Inde, même si la pratique a depuis longtemps été interdite.

Une semaine ou deux avant la réunion, l’un des principaux militants indiens contre l’élimination manuelle des excréments, M. Bezwada Wilson, avait été invité au show d’Aamir Khan, Satyamev Jayate («Seule la vérité l’emporte»). L’émission est devenue très populaire et aborde les problèmes sociaux douloureux de l’Inde, et cet épisode en particulier a diffusé quelques vérités dérangeantes sur la discrimination de caste et «l’intouchabilité».

Elle a présenté un certain nombre de dalits, y compris un professeur d’université qui a parlé avec émotion de la discrimination à laquelle elle a été confrontée tout au long de sa vie, ce qui incita Aamir Khan à lancer la remarque suivante à son auditoire: «Si j’estime que je suis supérieur à vous de par ma naissance, alors je suis un malade mental.»

Un autre invité, le cinéaste militant Staline K, montra des scènes de son documentaire primé sur la discrimination de caste, «India Untouched». Il a félicité Khan à mettre en évidence la question de l’ «intouchabilité» devant un auditoire de la télévision nationale, en disant qu’«il nous a fallu 65 ans pour amener le sujet ici.»

Dans un entretien ultérieur avec Associated Press, Staline K a reconnu que l’émission de Khan n’aborde pas nécessairement de nouvelles questions, mais que «les conversations sont beaucoup plus profondes.» Il a ajouté qu’ «une telle discussion en profondeur dans un laps de temps aussi court est sans précédent.»

D’autres ont mis l’accent sur l’impact potentiel des acteurs de Bollywood sur les questions sociales. Mari Marcel Thekaekara, une journaliste qui a écrit de nombreux articles sur le sort des dalits, a noté sur son blog que l’émission de Khan «a touché un nerf sensible».

«Aamir a exhorté l’Inde à lutter contre l’intouchabilité et la discrimination. Je pense que si nous commencions actuellement une campagne nationale, avec les acteurs de Bollywood, cela pourrait changer radicalement la direction que l’Inde prend aujourd’hui», écrit-elle.

Share/Bookmark